Application pour Tablette et Mobile À l'écoute de votre vie
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid

Accueil / / Essentiel / Histoire - Annette Wieviorka

17/02/22

Michèle Descolonges pour « Un camp d’internement en Lozère. Rieucros, 1938-1942 »

annette-wiviorka



Emission: Essentiel / Histoire - Annette Wieviorka

ESSENTIEL, les rendez-vous du jeudi – Histoire Annette Wieviorka reçoit Michèle Descolonges pour « Un camp d’internement en Lozère. Rieucros, 1938-1942 » Tempus, Presses universitaires du midi


À propos du livre : «Un camp d’internement en Lozère. Rieucros, 1938-1942»

paru aux éditions Tempus, Presses universitaires du midi


Destiné aux étrangers dont la France ne voulait pas, camp d’internement sexué, Rieucros a finalement participé à la politique éliminatrice de l’État français. Un cas spécifique qui en dit aussi beaucoup sur la France sous l’Occupation.

Alexandre Grothendieck et Hanka, sa mère, Michel del Castillo et Isabel, sa mère, Rosi Wolfstein, Steffie Spira, Teresa Noce, Salomon et Sébastien Wisner, Esperanza Sanchez et ses enfants, Marguerite et Pierrette Gargallo, Mathilde Péri… ont été internés à Rieucros, sur les flancs d’un causse lozérien. À partir de février 1939, durant trois années, une centaine d’hommes, vétérans de la guerre d’Espagne, escrocs et pauvres hères, puis après la déclaration de la guerre un millier de femmes venues de toute l’Europe, militantes politiques, rebelles, bohêmes, « immigrées du travail », et une centaine de leurs enfants, y ont coexisté, ainsi que, finalement, des Françaises. Hommes puis femmes ont été conduits à Rieucros par mesure administrative, c’est-à-dire de manière arbitraire, en raison de leur dangerosité supposée. Dans ce camp « répressif », les personnes juives ont été minoritaires, mais l’antisémitisme s’y est manifesté, comme partout en France, avant même l’été 1939. Tandis que les protagonistes lozériens et les membres de l’administration ont joué un rôle essentiel dans les évolutions du camp et les destins des personnes internées, le champ de l’internement administratif s’est élargi jusqu’à participer à la politique éliminatrice de Vichy. Les intrications de la société locale avec le camp ont été permanentes. Fruit d’une recherche de plusieurs années, conduite dans les archives locales, nationales et internationales, cet ouvrage laisse la place à de larges extraits de témoignages et présente des incises biographiques. Il montre le caractère punitif sexué de Rieucros et comment une politisation du quotidien, organisatrice de solidarités, a manifesté des refus de l’arbitraire.  

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

/