Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid
22 Juin 2020

Mort de Zeev Sternhell

Historien du fascisme français, militant engagé pour la paix avec les Palestiniens, homme arc-bouté contre la droite montante en Israël, l’historien Zeev Sternhell, décédé dimanche à l’âge de 85 ans, était l’une des figures phares intellectuelles et politiques de la gauche en Israël. Il était aussi l’une des personnalités les plus francophiles du pays, un legs de son histoire tragique : celle d’un enfant né dans une famille juive en Pologne. Son père, combattant dans l’armée polonaise, meurt au début de la guerre, puis sa mère et sa sœur sont tuées par les nazis. Pour survivre, son oncle et sa tante le font passer pour un catholique en pleine traque des juifs à l’heure où son pays natal voit s’ériger sur son territoire des camps d’extermination. Après la guerre, jeune adolescent, il trouve refuge en France, pays qui deviendra sa patrie intellectuelle d’adoption et l’objet de ses recherches, avant de rejoindre Israël peu après sa création en 1948. Observateur averti de la politique israélienne, il a consacré une partie de son œuvre à l’histoire de l’extrême-droite française avec des essais comme « Ni droite ni gauche : l’idéologie fasciste en France » ou encore « L’histoire refoulée – La Rocque, Les Croix de feu et le fascisme français« , publié en 2019.

Professeur de sciences politiques à l’université hébraïque de Jérusalem, Zeev Sternhell s’était engagé pour la paix avec les voisins arabes et palestiniens. En septembre 2008, il avait été atteint à la jambe droite par l’éclat d’une bombe qui avait explosé alors qu’il fermait la clôture de sa résidence. « Le problème ce n’est pas Zeev Sternhell ou une attaque contre la personne de Zeev Sternhell, c’est un problème de société, c’est un problème politique. Notre société devient de plus en plus violente », avait-il alors déclaré à des centaines de personnes venues devant chez lui pour manifester leur soutien après l’incident.

L’historien avait participé à la guerre du Kippour en 1973, avant de s’engager dans l’ONG Peace Now, « La Paix Maintenant » (avec AFP)

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/