Application pour Tablette et Mobile À l'écoute de votre vie
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid

Accueil / / Tech - Stéphane Zibi

27/01/21

#4 – Pourquoi Israël a choisi de partager ses données et réussit sa campagne vaccinale contre le Covid-19



Emission: Tech - Stéphane Zibi

Pourquoi Israël a choisi de partager ses données et réussit sa campagne vaccinale contre le Covid-19 C’est plus de 3.5 millions de doses qui ont été administrées en un peu plus d'un mois. 1 million d’habitants ont déjà reçu les 2 doses et sont dorénavant protégés contre le coronavirus.

Israël a devancé tous les autres pays dans sa campagne de vaccination contre le Covid-19 en obtenant suffisamment de doses pour l'ensemble de sa population. Nous allons voir pourquoi ? Une commande générale commencée très tôt dès le mois de mars 2020 à un prix d’achat supérieur aux autres pays, une logistique gérée directement par le Mossad et l'Armée et non sur des appels d’offres chronophages. Mais ce ne sont pas uniquement pour ces raisons commerciales et logistiques que cette campagne vaccinale est en train de réussir. Le ministre israélien de la Santé Yuli Edelstein a confirmé avoir accepté de partager des données épidémiologiques avec Pfizer. Une mesure qui peut soulever des préoccupations en matière de protection de la vie privée. Seuls certains pans de l’accord contractuel avec Pfizer ont été publiés, le groupe de défense « Privacy Israël », s’en est inquiété et se dit préoccupé par le traitement et la sécurité des informations privées. La plupart des Israéliens, quant à eux, se disent, malgré ces préoccupations, heureux d'être parmi les premiers au monde à être vaccinés et la possibilité de voir redémarrer l’économie de leur pays au plus tôt. Les données préliminaires des premières centaines de milliers d'Israéliens qui ont reçu les deux doses de vaccins montrent une efficacité de 98 % avec aucun risque de transmission du virus. C'est une bonne nouvelle pour Pfizer sur lequel ils peuvent s’appuyer pour continuer de plus belle la production. Le ministre Edelstein a indiqué également que ces données resteront agrégées, et non individuelles. Ce partage des données aurait pour but de mettre en exergue combien de personnes atteintes par exemple d’hypertension, de diabètes ou de maladies cardiaques ont été vaccinées et s'il y a eu des effets, des cas malheureux, et ainsi de suite. Ceci est dans la continuité de ce qui se passe depuis des années. Israël numérise tous les dossiers, permettant aux personnels médicaux et paramédicaux de suivre la santé de la population israélienne, y compris donc maintenant sur les effets des vaccins. Rudy : oui mais en France, cela paraît compliqué de faire pareil ? Oui c’est certain. Notre lourde bureaucratie à tous les niveaux, la commande groupée avec l’Europe et notre scepticisme permanent ont déjà été des freins.

Si nous avions bradé nos données aux laboratoires pharmaceutiques, les réactions auraient été les mêmes qu’avec l’application StopCovid susceptible d’être un mouchard pour Google ou Apple ce qui n’était pas le cas et a rendu difficile l’exploitation des données avec cette application. Si la France comme les autres pays donnent accès aux données anonymisées aux laboratoires, ce pourrait être une garantie des effets du vaccin. Ne peut-on pas considérer aujourd’hui nécessaire cela ? Ces données épidémiologiques ont une valeur bien plus grande que n’importe quel prix payé pour une simple dose et son transport, car elles seront notre garantie d’avoir un vaccin le plus fiable possible et qui enfin de nous permettre de vaincre ce satané virus.

A la semaine prochaine !

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

/