Application pour Tablette et Mobile À l'écoute de votre vie
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid

Accueil / / Tech - Stéphane Zibi

03/11/21

#32 – Le futur de Facebook pose question 1ère partie – Les Métavers



Emission: Tech - Stéphane Zibi

Mark Zuckerberg veut transformer Facebook. Le 28 octobre une nouvelle entité du nom de Meta a été annoncée. Derrière ce changement que l’on aurait pu assimiler à une opération boursière en vue d’un potentiel démantèlement comme quand Google a créé Alphabet, se cache quelque chose de plus profond. Savez vous que depuis plus de deux ans, plus 20% des effectifs de Facebook soit plus de 10 000 employés travaillent sur un monde virtuel où nous pourrons déambuler à notre guise ? Facebook va se transformer en métavers. Un métavers est un monde virtuel fictif. Le terme est régulièrement utilisé pour décrire une future version d'Internet où des espaces virtuels, persistants et partagés sont accessibles via un univers en 3D. Durant l’été, Mark Zuckerberg sonnait la fin de notre bon vieux Web - qui a pourtant fait sa fortune - et qui fête ses 30 ans cette année, dans un entretien fleuve au site américain The Verge. Pour le patron de Facebook, la messe est dite : l'Internet mobile vit ses derniers printemps et cédera sans hésiter son trône aux mondes virtuels, dans lesquels nos avatars pourront joyeusement gambader. Le multimilliardaire compte bien transformer son réseau social en nouvelle terre promise virtuelle. En clair, un univers en 3D, accessible via un casque de réalité virtuelle (VR), dans lequel il sera possible d'échanger avec ses amis, d'assister à des concerts, de visiter des musées, de jouer aux jeux vidéo et même de... travailler. "Zuck" veut aller vite. Il se donne cinq ans et souhaite investir 10 milliards de dollars pour cela. On peut se poser la question d’un tel empressement alors que le réseau social affiche des résultats historiques (10,4 milliards de $ de bénéfices sur le seul dernier trimestre) ? Rudy : Cela paraît étonnant que Facebook prévoit de tuer ce qui a fait sa célébrité et sa fortune. En fait il n’y a rien d’étonnant dans tout cela, Facebook est pour le coup un suiveur. Mais il veut faire pire que les autres métavers. Cela existe depuis des années en effet. Second Life, Nouveau Monde par Canal Plus ou Roblox pour ne citer qu’eux sont des métavers qui ont eu leurs succès mais pour les 2 premiers cités sont sortis un peu tôt et ont fini par presque disparaître. Concernant Roblox, la plupart d’entre-nous n’en a jamais entendu parler, il totalise pourtant 115 millions d'utilisateurs et 45 milliards de dollars de valorisation boursière à son entrée à Wall Street, en mars dernier, dont seuls les enfants de 8-10 sont les utilisateurs. Dans Roblox, l’utilisateur se balade sans limite sous la forme d’un petit avatar qui ressemble à un bonhomme en forme de Lego. Là, il rencontre une foule de jeux vidéo assez basiques. On en dénombre 20 millions, au choix, tous accessibles gratuitement, car il ne s’agit ni de Fifa, ni de Super Mario, ni de Pokemon, mais uniquement de jeux conçus par d’autres joueurs. La plateforme met à votre disposition des outils très simples d’utilisation pour développer votre propre jeu. En fait, le côté addictif des métavers permettra une chose au fondateur de Facebook c’est de collecter encore plus de données, tout en faisant payer des espaces virtuels. En gros : vous ne posséderez rien mais vous serez heureux. Vous pouvez ainsi comprendre pourquoi Mark Zuckerberg souhaite transformer Facebook maintenant. A la semaine prochaine !

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

/