Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid
11 Fév 2018

Violation par la Syrie de l’espace aérien israélien-Représailles d’envergure-Fortes tensions

Intrusion samedi à l’aube d’un drone iranien lancé de Syrie dans l’espace aérien israélien. Le drone, suivi par la surveillance israélienne depuis son lancement d’une « base iranienne » proche de Palmyre (centre) en Syrie, a été abattu au-dessus de la vallée du Jourdain, a précisé l’armée israélienne.

En représailles, huit appareils israéliens ont attaqué des éléments du système de lancement du drone, selon le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, porte-parole de l’armée israélienne. Ils ont atteint leur cible mais ont essuyé un tir de barrage « massif » de la DCA syrienne.

Un F-16 s’est écrasé en territoire israélien, le lieutenant-colonel Conricus reconnaissant que la chute de l’appareil était probablement liée aux tirs syriens. Les deux pilotes se sont éjectés. Ils ont été récupérés et hospitalisés, a dit l’armée. L’un d’eux est dans un état grave, l’autre légèrement blessé.

L’aviation israélienne a lancé une seconde vague de raids, une attaque « de grande envergure », frappant 12 objectifs, dont trois batteries de défense anti-aériennes et quatre cibles « appartenant au dispositif militaire iranien en Syrie ».

L’intrusion du drone constitue « la violation la plus flagrante et la plus grave de la souveraineté israélienne de la part de l’Iran ces dernières années, c’est pourquoi la riposte israélienne est aussi forte », a indiqué le lieutenant-colonel Conricus.

Ces hostilités interviennent sur fond de crispations grandissantes coïncidant avec le cours pris par le conflit syrien en faveur du régime du président Bachar al-Assad, soutenu militairement par la Russie, mais aussi par  l’Iran et le Hezbollah libanais.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dit ne pas chercher l’escalade, mais a prévenu qu’il ne permettrait aucun « ancrage » militaire de l’Iran à ses portes, en Syrie. Washington, allié historique d’Israël, a déclaré soutenir « fermement le droit souverain d’Israël à se défendre », le département d’Etat dénonçant également « les activités nuisibles de l’Iran dans la région ». Moscou, allié du régime de Damas, a exprimé sa « profonde inquiétude », tout en jugeant « inacceptable » la mise en danger des soldats russes présents sur le terrain. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, « suit de près l’alarmante escalade militaire en Syrie et la dangereuse extension (du conflit, ndlr) au-delà de ses frontières », a déclaré son porte-parole, Stéphane Dujarric et « appelle tout le monde à travailler à une désescalade immédiate et inconditionnelle de la violence et à faire preuve de retenue ».

Depuis le début de la guerre en Syrie, Israël veille à ne pas être aspiré dans le conflit, mais a frappé des dizaines d’objectifs, positions du régime syrien ou convois d’armes à destination du Hezbollah. L’ambassadeur d’Israël aux Nations unies Danny Danon a appelé samedi « le Conseil de sécurité à (…) faire cesser immédiatement les provocations iraniennes » (avec AFP)

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/