Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid
29 Jan 2020

Trump dévoile son plan pour le Proche-Orient

Le président américain Donald Trump a dévoilé hier soir un plan de paix pour le Proche-Orient qui accorde à Israël des concessions et a été rejeté avec véhémence par les autorités palestiniennes. Depuis les salons de la Maison Blanche, il a présenté, sur une tonalité résolument optimiste, un projet « gagnant-gagnant » avec une solution réaliste à « deux Etats ».

Parmi les nombreux points sensibles de ce plan, figure la reconnaissance de l’annexion par Israël des localités implantées en Cisjordanie, en particulier dans la vallée du Jourdain. Cette zone est « vitale » pour Israël, a martelé M. Netanyahu, tandis que l’ambassadeur des Etats-Unis David Friedman affirmait qu’Israël pouvait annexer ses implantations « sans attendre ».

Le futur Etat palestinien ne verrait le jour que sous plusieurs conditions, dont « le rejet clair du terrorisme », a souligné Donald Trump, qui a ensuite tweeté une carte des deux Etats envisagés, avec en particulier un tunnel reliant la Cisjordanie à la bande de Gaza.

Si le Premier ministre israélien a salué « une journée historique », le président palestinien Mahmoud Abbas, qui a refusé ces derniers mois les offres de dialogue du tempétueux président, a affirmé que le plan ne passerait pas. Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, enclave palestinienne de deux millions d’habitants séparée géographiquement de la Cisjordanie, a aussi rejeté la proposition américaine. Après l’annonce de ce plan, au moins 13 Palestiniens ont été blessés mardi soir dans des heurts avec les forces israéliennes en Cisjordanie occupée, selon le Croissant-Rouge palestinien. Mais affichant son optimisme sur le devenir de ce projet « très détaillé », le locataire de la Maison Blanche a estimé qu’il pouvait permettre de faire « un grand pas vers la paix ».

Peu après l’allocution présidentielle, l’ONU souligné qu’elle s’en tenait aux frontières définies en 1967. Les Emirats arabes unis ont vu dans ce texte « un important point de départ » pour un retour à la table des négociations. Leur ambassadeur à Washington Youssef al-Otaïba était, avec ses homologues d’Oman et de Bahreïn, un des représentants de pays arabes à la Maison Blanche. L’Arabie saoudite a de son côté dit « apprécier » les efforts de Donald Trump, tandis que l’Egypte a appelé Israéliens et Palestiniens à un examen « attentif » et « approfondi » du plan. (Avec AFP)

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/