Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid
07 Fév 2018

Le président Duda promulgue une loi qui amoindrit la responsabilité de la Pologne dans la Shoah

Le président Andrzej Duda a promulgué la loi sur la Shoah destinée « à défendre la Pologne contre ceux qui lui attribuent les crimes nazis ». Cette loi prévoit trois ans de prison pour les personnes, y compris les étrangers, qui accusent « contrairement aux faits » la nation ou l’Etat polonais de participation aux crimes de l’Allemagne nazie.

Pour « préserver » l’image de la Pologne à l’étranger, les conservateurs ont voulu en priorité bannir l’expression « camps de la mort polonais », utilisée parfois par les médias ou les hommes politiques étrangers pour désigner les installations des nazis allemands en Pologne occupée.

Les dirigeants israéliens et des organisations juives internationales y voient une tentative de nier la participation de certains Polonais au génocide des Juifs, voire d’empêcher les survivants de la Shoah de raconter leur expérience.

Le président Duda a demandé au Tribunal constitutionnel de vérifier sa conformité avec la loi fondamentale en ce qui concerne la liberté d’expression et la précision – qu’il trouve imparfaite – du passage imposant des peines de prison aux auteurs d’accusations. Il faut que toute personne « ayant lu la loi, soit en mesure d’identifier les comportements entraînant une responsabilité pénale et ceux qui ne l’entraînent pas », a dit le Président polonais réagissant implicitement aux critiques, notamment israéliennes, selon lesquelles l’imprécision de la loi ouvrirait la voie aux poursuites contre toute personne évoquant un crime commis par des Polonais.

Après des propos très vifs du Premier ministre Benjamin Netanyahu fin janvier, lequel avait affirmé que « nous ne tolérerons pas qu’on déforme la vérité et réécrive l’Histoire ou qu’on nie l’Holocauste », la réaction du ministère israélien des Affaires étrangères à la décision polonaise, a paru modérée, voire conciliante.  De son côté, le mémorial de la Shoah à Jérusalem, Yad Vashem, a rappelé dans un communiqué avoir « mis en garde les autorités polonaises à plusieurs reprises contre les erreurs dans la formulation de la loi », erreurs qui « pourraient fausser la vérité historique ».

Les Etats-Unis ont exprimé mardi leur « déception » après la signature du texte qui « nuit à la liberté d’expression et au débat académique » (avec AFP)

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/