Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid
22 Jan 2018

Mahmoud Abbas demande à l’UE de reconnaître l’Etat de Palestine

En froid avec Washington, le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas va demander formellement à l’UE de reconnaître l’Etat de Palestine lors de sa rencontre à Bruxelles avec les chefs de la diplomatie européenne. Le leader de l’OLP « attend des ministres européens des Affaires étrangères qu’ils reconnaissent collectivement l’Etat de Palestine », « comme la façon de répondre » à la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, a déclaré dimanche soir à l’AFP le responsable palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki.

Le chef de l’Autorité palestinienne doit être reçu lundi, lors d’un déjeuner de travail, par la cheffe de la diplomatie de l’UE Federica Mogherini et les 28 ministres des Affaires étrangères, en marge de leur réunion mensuelle, comme l’avait été le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu le 11 décembre.

« Si les Européens veulent jouer un rôle, alors ils doivent être équitables dans leur traitement des deux parties et cela devrait commencer avec la reconnaissance de l’Etat de Palestine », a plaidé le chef de la diplomatie palestinienne. Mais si l’UE veut contribuer à relancer le processus de paix, au point mort depuis 2014, pour sauvegarder la « solution à deux Etats », il est clair que la reconnaissance d’un Etat palestinien, qui dépend d’abord de chaque capitale, n’est pas aujourd’hui sur l’agenda de Bruxelles.

Car malgré le rappel constant des « positions inchangées » de l’UE -sur la solution à deux Etats dans les frontières de 1967, la politique de construction israélienne dans les Territoires ou le statut de Jérusalem-, les 28 ne peuvent masquer des « divergences de vue et des différences d’approche », reconnaît-on à Bruxelles. Tout au plus, selon des sources diplomatiques, les Européens pourraient proposer la perspective d’un « accord d’association » entre l’UE et l’AP, comme il en existe un avec Israël ou le Kosovo. Même si un tel accord doit être signé avec un Etat souverain. La France, notamment, est ouverte à cette idée (avec AFP)

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/