Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid
08 Fév 2019

Macron invite les jeunes à s’exprimer

« C’est à vous de vous exprimer! »: Emmanuel Macron a appelé un millier de jeunes rassemblés autour de lui hier en Bourgogne à se saisir du grand débat, une consultation qui prépare « l’avenir de la France », et à s’intéresser à la politique.

« Au fond, ce que nous avons à faire, c’est inventer le pays dont nous voulons, ni plus ni moins », a lancé le chef de l’Etat en introduisant la discussion dans le gymnase de la petite ville d’Etang-sur-Arroux (Saône-et-Loire).

Durant les quatre heures et demi du débat, les mains n’ont cessé de se lever pour l’interpeller dans l’assistance, composée d’un millier de lycéens, d’étudiants ou d’apprentis de 15 à 25 ans venus des quatre coins du département.

Appelés à exprimer leurs « convictions, doutes et interpellations », les jeunes ont témoigné de la cherté des études, des difficultés à entrer dans la vie active, des inquiétudes sur l’avenir de l’agriculture ou de la filière nucléaire… Des préoccupations parfois bien différentes de celles exprimées lors des cinq précédents débats auxquels a participé le chef de l’Etat pour trouver une issue à la crise des « gilets jaunes ».

Ces interventions ont souvent été applaudies et l’émotion a saisi le gymnase lorsqu’un garçon et deux jeunes filles ont témoigné de leur handicap, notamment la dyslexie, et du harcèlement à l’école.

« J’entends dire que la jeunesse ne participait pas assez à ces débats », a souligné Emmanuel Macron en préambule du débat. Avant d’affirmer, en le concluant, que la richesse des échanges démontrait « formidablement le contraire ». « Faites de la politique », leur a-t-il lancé, en bras de chemise.

En répondant, parfois longuement, avec le soutien des ministres de l’Education Jean-Michel Blanquer et du Travail Muriel Pénicaud, Emmanuel Macron a défendu les décisions et les réformes mises en oeuvre depuis son arrivée à l’Elysée. Tout en se montrant ouvert à étudier certaines propositions des intervenants, comme sur le Livret Jeunes ou sur ParcoursSup.

Interpellé par un lycéen sur le service national universel (SNU), qui « suscite beaucoup d’interrogations », il l’a qualifié de « chance inouïe pour votre génération », annonçant que « l’intégralité du permis » de conduire pourrait être passé dans ce cadre.

 

 

Le président « a pris un risque en venant devant nous », a commenté Sandra Delbeken, 18 ans, élève de l’établissement de réinsertion (Epide) d’Etang-sur-Arroux. « Il nous a donné une meilleure image de lui, celle de quelqu’un qui s’intéresse aux gens », a-t-elle ajouté, en regrettant toutefois un débat « un peu trop long ».

Son camarade Florent Pierron, 18 ans, s’est également félicité que le président ne soit pas apparu trop « politicien », comme il le craignait. « J’espère qu’il fera ce qu’il a dit, comme d’améliorer la vie dans les écoles et les lycées ».

Le chef de l’État avait débuté sa visite en Saône-et-Loire en s’entretenant pendant deux heures à Autun avec 45 élus de ce département rural, qui ont « pris la crise des gilets jaunes en pleine figure », selon le maire de Blanzy, Hervé Mazurek.

« Avec ce grand débat, vous n’avez pas le droit à l’erreur », a lancé au président Alain Gaudray, maire de Fragnes-La-Loyère. Il l’a exhorté à annoncer « des actions concrètes, rapides », car sinon « le rang des mécontents va grossir ».

Une centaine de « gilets jaunes » s’étaient rassemblés dans le centre d’Autun, où six d’entre eux ont ensuite été reçus par la secrétaire d’Etat Emmanuelle Wargon, co-animatrice du grand débat.

Près de deux Français sur trois (64%) continuent de « soutenir » le mouvement des « gilets jaunes », soit deux points de plus en un mois, selon un sondage YouGov diffusé jeudi.

Emmanuel Macron, qui remonte dans les sondages, prévoit de participer à un ou deux débats par semaine jusqu’à la fin du grand débat, prévue pour la mi-mars.

Des « conférences citoyennes » doivent se tenir ensuite dans chaque région. Les participants, parmi lesquels un quota de jeunes de 16 à 25 ans, seront tirés au sort à partir des bases de données des numéros de téléphone, a indiqué le gouvernement jeudi.

(AFP)

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/