Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid
17 Juil 2018

L’islamiste algérien Djamel Beghal, renvoyé dans son pays natal, va y être rejugé

L’islamiste algérien Djamel Beghal, considéré comme le mentor de Chérif Kouachi et d’Amédy Coulibaly, deux des auteurs des attentats de janvier 2015 à Paris, a été expulsé lundi vers son pays natal à sa sortie d’une prison française. Remis à son arrivée à Alger « par les autorités françaises aux autorités algériennes », il va être être rejugé par la justice algérienne qui l’a condamné par contumace en 2003 à 20 ans de prison pour « appartenance à un groupe terroriste », a annoncé lundi soir l’agence de presse d’Etat algérienne APS, citant une « source proche du dossier ». Son avocat français, Me Bérenger Tourné, avait récemment affirmé que son client n’avait jamais été condamné en Algérie.

L’Algérien de 52 ans a été libéré lundi à l’aube de sa prison française et pris en charge par la police aux frontières. Dans le viseur des autorités françaises depuis le milieu des années 1990, Djamel Beghal a été déclaré expulsable en 2007, deux ans après avoir été condamné à 10 ans de prison pour association de malfaiteurs terroriste. A Vezin-le-Coquet, en Bretagne (ouest), il terminait de purger sa seconde peine de dix ans de prison pour un projet d’évasion en 2010 de Smaïn Aït Ali Belkacem, ancien du Groupe islamique armé algérien (GIA) condamné à perpétuité pour l’attentat à la station RER Musée d’Orsay en 1995 à Paris. Djamel Beghal aura effectué au total près de 17 ans de détention dans les prisons françaises. Il est devenu « une référence » pour trois générations « d’apprentis jihadistes ». Condamné en 2005, il avait reconnu, avant de se rétracter en expliquant avoir été torturé par les enquêteurs émiratis, avoir été mandaté par un proche de Ben Laden pour préparer un attentat contre l’ambassade et un centre culturel américains.

C’est à la prison de Fleury-Mérogis, dans la banlieue parisienne, qu’il a fait la connaissance des futurs auteurs des tueries de janvier 2015 à Charlie Hebdo et au magasin Hyper Cacher. Selon les enquêteurs, il devient alors leur « mentor », respecté pour sa « science religieuse ».

Libéré en 2009, il avait été assigné à résidence dans le Cantal (centre), en attendant une possible expulsion – à laquelle s’oppose alors la Cour européenne des droits de l’Homme. Des photos le montrent au côté d’Amédy Coulibaly, venu lui rendre visite. Il avait à nouveau été arrêté en 2010 et a passé au total une dizaine d’années à l’isolement (avec AFP)

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/