Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid
19 Sep 2019

Elections en Israël : rencontres et tractations

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se retrouvait mercredi dans l’incapacité de former un gouvernement, après être arrivé au coude à coude avec son rival Benny Gantz à l’issue des législatives, ce qui ouvre la voie à des tractations douloureuses pour tenter de former une coalition.

Preuve de l’importance de ces discussions en coulisses, Benjamin Netanyahu a annulé son déplacement prévu dans les prochains jours à l’Assemblée générale de l’ONU en raison du « contexte politique » local. En marge des discussions à l’ONU, Benjamin Netanyahu devait notamment s’entretenir avec son « ami » le président américain Donald Trump d’un possible traité de défense commune.

Mais le Premier ministre sortant risque, après avoir joué son va-tout aux élections de mardi, de perdre sa mise pour une rare fois dans sa longue carrière politique. Avec plus de 95% des bulletins dépouillés, son parti le Likoud obtient 32 sièges, contre 33 à la formation centriste Kahol Lavan (« Bleu-blanc ») de Benny Gantz. Alors que la Knesset, le Parlement, compte 120 sièges, aucun des deux ne franchit la barre fatidique des 61 députés nécessaire pour avoir une majorité, même avec leurs alliés. Si Benny Gantz plaide pour « un large gouvernement d’union exprimant la volonté du peuple » et s’est dit disposé à parler « avec tout le monde », Benjamin Netanyahu maintient pour sa part une ligne dure et a rencontré les dirigeants de plusieurs petits partis afin de constituer un « bloc » unitaire de droite.

Les Palestiniens sont apparus divisés sur l’attitude à tenir : si le « chef de la diplomatie palestinienne » Riyad al-Maliki a assuré que l’Autorité palestinienne était « prête à s’asseoir » avec le futur Premier ministre, quel qu’il soit, « pour relancer les négociations » entre Israéliens et Palestiniens, au point mort depuis 2014, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas s’est lui prononcé sans équivoque : « Notre position : contre Netanyahu ».

Le Likoud et le parti Bleu-blanc doivent négocier entre eux, et/ou avec d’autres formations, afin d’aboutir à un nouveau gouvernement et d’éviter le scénario du printemps, lorsque Benjamin Netanyahu avait été incapable de former une coalition à l’issue d’élections déjà âprement disputées (avec AFP)

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/