Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid
04 Juin 2019

Disparition du dernier survivant connu du camp nazi de Sobibor

Semion Rosenfeld, dernier survivant connu du camp d’extermination nazi de Sobibor et de la révolte qui s’y produisit, est décédé à l’âge de 96 ans en Israël, a annoncé le président de l’Agence juive. « Nous déplorons la disparition de Semion Rosenfeld, participant de la révolte de Sobibor, qui, dans l’horreur de la Shoah, est devenu un héros malgré lui », a indiqué dans un communiqué, Isaac Herzog.

Né en Ukraine, Semion Rosenfeld faisait partie de la cinquantaine de prisonniers qui avaient survécu à la fois au camp d’extermination de Sobibor, situé en Pologne alors sous occupation nazie, et à la Seconde Guerre mondiale. De mai 1942 à l’été 1943, quelque 250.000 juifs, essentiellement déportés de l’est de la Pologne mais aussi des Pays-Bas, de la République tchèque et de la Slovaquie, ont péri dans le camp de Sobibor.

Ukrainien enrôlé dans l’armée soviétique, Semion Rosenfeld avait été fait prisonnier par les nazis et avait passé deux ans dans un camp à Minsk avant d’être envoyé à Sobibor. C’était 20 jours avant la révolte. Semion Rosenfeld avait raconté dans les médias israéliens comment, à la différence de toute sa famille assassinée par les nazis, il avait échappé à la mort. Il avait menti aux officiers de Sobibor en se prétendant menuisier. Un officier auquel il avait demandé où se trouvaient ses camarades arrivés en même temps que lui avait désigné la cheminée fumante du crématoire qui faisait disparaître les victimes de la chambre à gaz.

Le 14 octobre 1943, la révolte éclatait, la plus importante et la plus célèbre dans l’histoire des camps de concentration nazis. « Je n’avais pas peur, je n’avais pas le temps d’y penser, je voulais survivre », disait Semion Rosenfeld. Conduits par un autre prisonnier de guerre juif de l’armée soviétique, Alexander Pechersky, armés d’outils et de couteaux, les détenus avaient tué 11 officiers nazis et s’étaient emparés d’armes, mais avaient été découverts. De nombreux prisonniers sont morts sous les balles des gardes, d’autres sur les mines enterrées autour du camp. Près de 300 prisonniers avaient réussi à s’enfuir en perçant une brèche dans les barbelés, 170 avaient été capturés par les nazis et fusillés.

Les nazis ont ensuite démoli Sobibor pour en effacer toute trace.

Semion Rosenfeld est resté caché des mois dans les bois, jusqu’au printemps 1944, a réintégré l’armée soviétique et participé à la prise de Berlin. Il était retourné vivre en Ukraine après la guerre et avait immigré en Israël en 1990 (avec AFP)

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/