Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid

Accueil / / Gutmann Caroline - Postface

17/12/19

« Paris sous la terreur » de Evelyne Lever aux éditions Fayard

Emission: Gutmann Caroline - Postface

Post Face, émission littéraire présentée par Caroline Gutmann qui reçoit Grégoire Kaufmann, fils de Jean Paul Kaufmann, pour son récit « Hôtel de Bretagne » Chez Flammarion


À propos du livre : "Hôtel de Bretagne"

paru aux éditions Flammarion


9 août 1944, Quimperlé, Finistère sud. Sous les yeux de sa femme et de son petit-fils, Adolphe Fontaine est arrêté à son domicile par les maquisards qui viennent de libérer la ville.

Roué de coups, promené dans les rues, il est fusillé quelques heures plus tard. Cette exécution sommaire est le point de départ de l'enquête menée par Grégoire Kauffmann.

Avec l'oeil de l'historien, il remonte la piste de son grand-père, Pierre Brunerie, l'un des meneurs de la Résistance. A-t-il commandité le meurtre du 9 août ?

En suivant les traces de ce fils d'ébéniste, jeune sympathisant communiste devenu militaire, c'est un destin français que l'on découvre dans ce récit haletant, de la déroute de 1940 aux premières heures de la Résistance, de la clandestinité sous l'Occupation aux débordements de l'épuration...

Exhumée des archives, une étonnante galerie de personnages gravite autour de l'hôtel de Bretagne, repaire de la Résistance quimperloise : notables en cheville avec l'occupant, agents infiltrés, officiers allemands noceurs et tortionnaires, femmes amoureuses qui finiront tondues, héros ordinaires, résistants improbables...

Une véritable comédie humaine de la France des années sombres. L'enquête intime d'un historien au coeur d'un secret de famille.


Grégoire Kauffmann est historien, spécialiste de l'extrême-droite. Sa biographie de Drumont chez Perrin (2009) a été récompensée par le prix Guizot et le prix du livre d'histoire du Sénat.


 

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/