Application pour Tablette et Mobile À l'écoute de votre vie
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid

Accueil / / / L'invité de RCJ Midi

21/10/20

«MICHEL AGIER : COMMENT FAIRE AVEC LA PEUR ?»



Emission: L'invité de RCJ Midi
Invité(s): Agier Michel

Peurs cosmiques, peurs existentielles, peurs sociales… Quand pandémie et attentats se mêlent, quand l’incertitude devient le thème chronique d’une actualité fébrile : quels sont nos appuis pour nous redresser ? Ou même seulement tenir debout ? Comment saisir ce qui s’incruste presque malgré soi dans le fil de nos pensées, y compris les plus intimes, d’un confinement de l’horizon qui s’étire comme un mal ordinaire, quand nos propres rêves avancent masqués derrière l’amas des protections.

Nommer la peur et la penser, pour s’en libérer sans la nier, c’est ce dont nous parlons aujourd’hui avec

Michel Agier anthropologue, directeur d’études à l’EHESS, au micro de Marika Mathieu. Il est l’auteur de "Vivre avec des épouvantails. Le monde, les corps, la peur" publié chez Premier Parallèle en septembre 2020.


À propos du livre : «Vivre avec des épouvantails. Le monde, les corps, la peur»

paru aux Éditions Premier Parrallèle


Le récit personnel d'un anthropologue, qui s'efforce, pas à pas, de discerner la manière dont le Covid a changé la manière dont nous faisons société.

" Les quelques mois de la pandémie de 2020 ont-ils changé le cours de l'histoire du présent ? De l'événement sans fin on est passé à la quotidienneté de l'anormal, à l'inquiétude permanente, puis à la nécessité d'apprendre à vivre dans l'incertitude.

Ce petit livre est un exercice : celui d'un anthropologue dont le terrain d'observation a semblé se dérober avant de réapparaître sous un tout autre jour et qui a décidé de faire état, patiemment, du changement qui s'est opéré, pour éviter de le laisser se perdre dans les oubliettes de l'histoire.

Il y a deux moments dans cette écriture, et deux parties dans le livre. L'une consiste à porter un regard à la fois présent et décalé sur le temps de l'événement, comme le ferait l'anthropologue sur n'importe quel événement. L'autre étape est plus systématiquement réflexive et s'éloigne du terrain pour interroger les grandes questions que cet événement nous a laissées et qui sont apparues au fil de l'enquête qui la précède. Ni un journal de " vie confinée ", ni une analyse définitive et surplombante du " monde d'après ", ce livre est plus simple et plus risqué, c'est une tentative d'anthropologie du monde contemporain et de ses désordres.

L'exercice a l'avantage de montrer que les questions des chercheurs en sciences sociales ne tombent pas du ciel pur des idées, ni ne sortent (seulement) de tours d'ivoire pleines de livres, mais viennent de leur existence réelle, vécue comme observateurs, comme citoyens, comme habitants, voisins ou travailleurs, et aussi, l'avait-on oublié que cela nous est revenu brutalement en pleine face, comme corps parmi d'autres millions de corps. "

Michel Agier

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter
Suivez-nous sur les réseaux sociaux

/