Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid

Accueil / / Le billet politique

17/12/18

Meurtre de Khashoggi et real politik : Trump vend le nucléaire à MBS.

Emission: Le billet politique

Ni vous ni moi ne découvrons la realpolitik. Elle fait loi, partout, depuis toujours. Faire l’autruche et se taire ? Non, bien sûr. Alors, parlons d’un voyou nerveux, violent et barbare, Mohamed Ben Salman, prince héritier du royaume d’Arabie saoudite, terre de Mahomet et du wahabbisme, premier pays producteur mondial de pétrole, à qui il faudrait sous ce prétexte faire yeux doux, courbette ou génuflexion. Le jeune dictateur Ben Salman a commandité un crime abject, rare, et particulièrement provocateur le 2 octobre dernier : il a fait assassiner à l’étranger, chez son ennemi turc, Recip Erdogan, autre dictateur régional, dans le consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul et en présence du consul, Jamal Khashoggi. Ce Frère Musulman, opposant naguère homme important du sérail, était tombé en disgrâce, parti vivre aux Etats-Unis où, entre autres, il était devenu contributeur du prestigieux Washington Post. Khashoggi a foncé tête la première dans son consulat pour obtenir les documents nécessaires à son mariage proche ; il en est ressorti après un calvaire dans des sacs, découpé en morceaux à la scie, ce qui vaut désormais à MBS le surnom de Mohamed Ben Scie, et ses membres ont probablement été ensuite dissous à l’acide. Une déflagration planétaire dans les chancelleries, une couverture médiatique distanciée, l’image du « réformiste » Ben Salman salement amochée, de l’humeur en son royaume.

Et puis ? Et puis rien, ou plutôt pas grand-chose. Le spectacle auquel nous avons assisté depuis deux mois, de tergiversations embarrassées en justifications stratégiques des uns et des autres, de Merkel et Macron à Netanyaou,chacun ayant ses bonnes raisons, est aussi atterrant et révoltant que le meurtre de Khashoggi lui-même. Lequel, dans ses articles que l’on trouve sur Internet, plaidait notamment pour la fin de la répression des féministes à Ryad et la fin de la guerre au Yemen dans laquelle MBS s’est lancé sauvagement, où l’affrontement sunnites/chiites provoque dans l’indifférence absolue l’une des pires catastrophes humanitaires contemporaines, 2,3 millions de réfugiés, 20 des millions de civils au bord de la famine, en proie à toutes les maladies, 85 000 enfants de moins de 5 ans morts. Au moins, Donald Trump a-t-il le mérite, lui, de parler franc, ridiculisant ainsi toutes les rodomontades de ses pairs, genre « retiens-moi, je vais faire un malheur ». Résumé en une phrase, reprenant Clinton : « C’est l’économie, imbécile ! » Pas seulement le pétrole et le gaz, mais les ventes d’armes. Que pèsent quelques sacs poubelle noirs contenant un corps supplicié en regard des 43 milliards de dollars d’armement et la promesse de 110 autres avec les Etats-Unis, de 15 milliards avec le Royaume Uni, la France raflant la troisième place avec plus de 11 milliards d’euros en 10 ans ? Business is business. Trump s’est retiré du traité avec l’Iran, choisissant définitivement l’alliance avec Ryad contre Téhéran, en position de faible mais au prix fort, et avec la promesse fallacieuse d’un règlement du conflit israélo- palestinien. Mais Trump se garde de dire l’essentiel, et son allié israélien aussi. Après des négociations et un accord menés au plus haut niveau des deux Etats, il vend à MBS des réacteurs nucléaires civils, fabriqués par Westinghouse sous licence coréenne, qui mèneront inexorablement l’Arabie Saoudite à la bombe. Le Saoudien veut diversifier ses ressources, il a annoncé lui-même son plan en mars dernier, et il a ajouté une sorte de « go to hell ! » aux Américains, refusant catégoriquement de ratifier le Traité de Non Prolifération. Alors, pour sauver l’honneur des âmes éteintes, reste l’obstinée presse américaine – Time vient de déclarer Khashoggi « Homme de l’année » - et, contre toute attente les sénateurs Républicains qui viennent à la majorité, à propos de la guerre au Yémen,- d’envoyer Trump au diable.

Pour tous les détails sur l’accord nucléaire, lire le remarquable article du New York Times et à l’adaptation que Le Point en a faite.

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/