Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid

Accueil / / Le billet politique

12/11/18

Révision de la loi de 1905 sur la laïcité : l’écueil sera-t-il le mariage pour tous de Macron ?

Emission: Le billet politique

Ca a été orchestré en bon jésuite par l’ancien élève de la Providence à Amiens. En pleine commémoration du 11 Novembre, Emmanuel Macron a fait lancer par ses ministres une bombe atomique sur la France : dès le début de l’année prochaine, la révision de l’intouchable loi de 1905 actant la séparation entre l’Eglise et l’Etat. Et pas une simple modification, quoiqu’on en raconte à l’Elysée, puisque près du tiers des articles seraient concernés d’après le journal L’Opinion, dépositaire du document préparatoire. De quoi s’agit-il? De mettre à l’unisson de la société française contemporaine, multi tout, un texte séculaire, inadapté, sur lequel est assise notre laïcité. Macron, communautariste non avoué, après avoir promis pendant sa campagne électorale qu’il n’y toucherait pas, prétend désormais que la laïcité est « en voie de radicalisation », au bord de devenir « une religion d’Etat » alors qu’elle prend à l’évidence eau de toutes parts. Evidemment, au cœur du dispositif, il y a l’islam à qui le président s’est juré de donner un statut républicain, tout en luttant contre sa radicalisation, celle-ci bien réelle, elle passe à la fois par le net, les prêches et les financements.

Faute d’un statut et avec l’aimable complicité des maires de toutes tendances politiques qui vont pourtant pousser des cris d’orfraies devant ce projet, la quasi-totalité des organisations musulmanes utilisent jusqu’ici la loi de 1901qui régit les associations. Au nom du culturel, elles construisent des mosquées, ouvrent des établissements scolaires sous contrat mais aussi des écoles coraniques carrément anti-républicaines. C’en serait fini de ce culturel cache prière. Le projet prévoit de décerner un label « qualité cultuelle » pour 5 ans, genre label bio, avec sanction si les associations se livrent à d’autres actions que le culte. Une police des cultes ainsi qu’un dispositif anti putsch au sein de leur conseil d’administration devrait empêcher des prédicateurs radicaux d’y prendre le pouvoir. La transparence des financements du culte musulman visant les trois pays du Maghreb, l’Arabie saoudite, le Quatar et la Turquie serait asssurée par un contrôle rigoureux des dons. Plus de 10 000 € versés par un particulier, une entreprise ou un Etat donneraient lieu à une amende égale au ¼ du don, voire à sa confiscation totale.

Mais attention, écoutez-bien, voilà l’explosif ! Dans le cadre du « climat de confiance avec les religions » que veut restaurer Emmanuel Macron qui les a déjà honteusement libérées du statut de lobbies, les associations cultuelles propriétaires d’immeubles les géreraient et affréteraient leurs revenus locatifs au culte. En échange d’une comptabilité transparente auditée par la Cour des Comptes, elles obtiendraient devinez quoi : des subventions pour « les réparations et la rénovation énergétiques » de leurs bâtiments. Hypocrisie quand tu nous tiens…Bref, un verrou déterminant sauterait. L’article 2 de la loi de 1905 stipule que la République ne subventionne aucun culte. » Il y a là de quoi mettre le feu à la France. L’écueil de la laïcité sera-t-il le mariage pour tous de Macron ? Pas impossible.

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/