Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid

Accueil / / Le bénéfice du doute

17/12/17

La littérature a-t-elle vocation à réparer le monde? ( Part I )

alexandre gefen

Emission: Le bénéfice du doute
Invité(s): Gefen Alexandre

Une émission préparée et présentée par Frédérique Leichter-Flack

A quoi sert la littérature? Longtemps la question aurait paru déplacée ou incongrue, tant il allait de soi que la littérature n'avait pas à se justifier et pouvait se soustraire au régime de l'utilité sociale. Mais d'ateliers d'écriture en clubs de lecture, de bibliothérapie en médecine narrative, des réponses décomplexées revendiquent désormais de plus en plus fréquemment de voir dans l'écriture, comme dans la lecture, une machine à nous faire du bien. Sauver, soigner, guérir nos blessures, surmonter nos traumas, prendre en charge le malheur ou le deuil, sortir les subalternes et les invisibles de l'anonymat et de l'oubli, mener les procès en réparation mémorielle des grandes catastrophes historiques sur lesquelles la justice n'a pas assez de prise... en un mot, réparer le monde : la littérature contemporaine, selon Alexandre Gefen qui lui consacre un passionnant essai de synthèse, se voit désormais assigner une vocation de "tikkun olam". Quels sont les enjeux, et les limites, de cette nouvelle conception thérapeutique de la littérature?

Alexandre Gefen est directeur de recherche au CNRS, théoricien de la littérature et critique littéraire, il est notamment l'auteur de l'essai Réparer le monde. La littérature française face au XXIè siècle, aux éditions Corti (2017).

À propos du livre :  "Réparer le monde"

 paru aux éditions Corti

reparer le monde

Sauver, guérir ou du moins faire du bien, tels sont les mots d’ordre, souvent explicites, placés au coeur des projets littéraires contemporains. Refusant de devenir un jeu postmoderne ou une simple dilection d’arrière-garde, la littérature française d’aujourd’hui a l’ambition de prendre soin du moi, mais aussi des individus fragiles, des oubliés de la grande histoire, des communautés ravagées et de nos démocraties inquiètes. En s’intéressant de manière critique à cet imaginaire collectif thérapeutique où la culture, en place de la religion et d’un projet politique, veut réparer nos conditions de victimes, servir à notre « développement personnel », favoriser notre propension à l’empathie, corriger les traumatismes de la mémoire individuelle ou du tissu social, cet essai propose une réflexion inaugurale sur la littérature française du xxie siècle.

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/