Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid

Accueil / / Le billet politique

28/01/19

Les Français juifs sont les cibles des islamistes bien plus que des Gilets Jaunes

Emission: Le billet politique

Au même moment en ce début d’année 2019 résonnent deux alertes contre la recrudescence de l’antisémitisme. La première alerte est celle émise par le gouvernement d’Israël dans son rapport annuel. Il rappelle les 13 juifs assassinés dans le monde parce que juifs en 2018 et souligne la recrudescence un peu partout des actes antisémites, la France occupant le premier rang avec une augmentation de 69%. Comme toujours, ce rapport s’accompagne d’une mise en garde diplomatique : le Président de l’état juif, Reuven Rivlin, a interpellé là dessus le Président français, Emmanuel Macron ; et Benyamin Netanyahou a, lui, appelé à un « réveil » face à ce fléau. Or réveil bien ordonné commence par soi-même. Il faudra que le chef du gouvernement israélien justifie sa duplicité. D’un côté ses cris d’orfraies, de l’autre ses soupirs de tourterelle vis-à-vis de tout ce que l’Europe compte de dirigeants antisémites plus ou moins avoués, notamment le Hongrois Viktor Orban. On entend bien : real politik. L’abstention de Budapest à l’ONU pour condamner Israël lors de la reconnaissance de Jérusalem comme capitale en fait une « vraie amie ». Mais alors, Monsieur le Premier ministre israélien, pas de leçons! Laissez-nous nous occuper de nos affaires !

La seconde alerte vient du rapport Eurobaromètre présenté voilà quelques jours par la Commission européenne. L’enquête a été menée auprès de 27 000 personnes dans 28 états. Inquiétude en forte hausse des peuples, et des citoyens juifs, partout. Elle démontre qu’il y a en Europe juxtaposition de deux sortes d’antisémitismes : du côté occidental, à cause de la forte présence immigrée ou issue de l’immigration, un antisémitisme fortement correlé au conflit israélo-palestinien, alors qu’en Europe de l’Est il s’inscrit nettement plus dans la tradition de l’extrême droite.

Mais bien sûr, à l’heure des gilets jaunes, l’antisémitisme en Europe est presque devenu une question française. Graffiti sur les murs genre « Macron, pute à juifs », insultes multiples comme ce « youpine » à l’adresse d’une députée LREM, agressivité dans le métro à l’encontre d’une vieille dame, video stupéfiante filmée à l’Etoile restée sans suite à ma connaissance, quenelle dieudonnesque un peu partout, pedigree sans appel de certains animateurs, délire des propos antijuifs sur les réseaux sociaux, enfin, plus symbolique que tout, ce détournement pervers du terme « gazé » pour des jets de grenades lacrymogènes que tous les morts des camps auraient adoré recevoir. Comment ne pas se poser la question : l’antisémitisme est-il le ciment commun de ce mouvement disparate, hétérogène ? Pour ma part, je n’y crois pas. Il y a de l’antisémitisme dans ce mouvement parce qu’il y a de « braves » Français antisémites auxquels se sont joints de moins braves antisémites d’extrême gauche, Insoumis tendance Obono, Indigènes de la République, et ceux d’extrême droite. Mais je trouve pernicieux de nous pousser à souscrire au tout antisémite des gilets jaunes, dont quelques têtes d’affiches, il faut bien le dire, ont de belles trognes d’abrutis. Procéder ainsi, c’est faire l’impasse sur l’antisémitisme de loin le plus dramatique, celui des attentats qui depuis des années ont endeuillé la France et dont tous les auteurs sans exception sont musulmans. Ce n’est pas parce que toute une partie de la population française musulmane revendiquée se tient à l’écart des gilets et des medias par pur communautarisme, qu’elle a disparu des radars républicains détectant l’antisémitisme. Loin de là. L’Elysée comme Matignon sont coupables de faire l’autruche. Que je sache, les Français juifs qui, pour leurs enfants, fuient aujourd’hui les banlieues dans lesquelles ils furent heureux pour le 17 ème arrondissement de Paris ou ailleurs - ce que j’appelle l’exil intérieur – n’y sont pas contraints par des gilets jaunes mais par des islamistes de tous poils.

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter
Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/