Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid
08 Fév 2019

Avancée diplomatique pour Israël

Le groupe de Visegrad (V4 – Hongrie, Pologne, République Tchèque et Slovaquie) tiendra un sommet avec Israël à Jérusalem les 18 et 19 février.

Il s’agit du premier sommet du groupe hors des frontières des quatre pays qui le composent. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu l’accueillera.

Le Premier ministre tchèque Andrej Babis se rendra à Jérusalem pour participer à une réunion du groupe de Visegrad avec son homologue israélien Benjamin Netanyahu, a indiqué la porte-parole du gouvernement de Prague Vanesa Sandova.

Elle n’a pas voulu entrer dans les détails, précisant qu’un communiqué serait publié à Prague dans les prochains jours.

« Je peux confirmer la tenue de cette réunion, mais je n’ai pas encore de détails », a dit à Bratislava la porte-parole du gouvernement slovaque Patricia Macikova, confirmant la participation du Premier ministre slovaque Peter Pellegrini, dont le pays préside actuellement le V4.

Il n’a pas été possible d’obtenir dans l’immédiat de confirmation à Varsovie sur la participation attendue du Premier ministre Mateusz Morawiecki ni à Budapest sur celle de son homologue hongrois Viktor Orban.

Ce dernier avait invité en juillet 2017 M. Netanyahu à participer à un sommet du V4 à Budapest.

Lors de cette rencontre, les cinq pays participants avaient adopté une déclaration conjointe. « Le V4 et l’Etat d’Israël ont reconnu le besoin d’intensifier leur dialogue politique et de poursuivre leurs échanges à haut niveau, à condition que toutes ces activités soient complémentaires de la coopération bilatérale », avaient-ils annoncé.

« Les Premiers ministres du Groupe de Visegrad ont accepté l’invitation du Premier ministre Benjamin Netanyahu à la prochaine rencontre au sommet V4-Israël, à tenir en 2018 en Israël », ajoutait le document.

La rencontre a été ensuite repoussée d’un an.

Les relations des pays membres du groupe de Visegrad avec l’Etat hébreu sont généralement bonnes, mais celles d’Israël avec Varsovie ont connu l’an dernier d’importantes perturbations en raison d’une loi destinée à défendre l’image de la Pologne du temps de la Deuxième guerre mondiale, et perçue en Israël comme une tentative potentielle de nier la participation de certains Polonais aux crimes contre les Juifs.

Critiquée également par Washington, la loi a finalement été amendée dans le sens souhaité par Israël.

Quant aux relations de l’Etat hébreu avec Prague, elles ont été marquées en novembre dernier par l’ouverture d’une « Maison tchèque » à Jérusalem par le président Milos Zeman. Ce denier souhaite le transfert de l’ambassade de son pays de Tel Aviv vers Jérusalem, mais le gouvernement de Prague s’y oppose, restant fidèle en la matière à la position commune de l’Union européenne.

MM.Orban et Netanyahu, hommes politiques de droite, sont proches l’un de l’autre dans leur sympathie pour le président américain Donald Trump et leur opposition à l’ordre mondial libéral soutenu, selon eux, par le milliardaire philanthrope d’origine hongroise George Soros.

En commentant fin janvier le projet de la réunion du V4 à Jérusalem, le quotidien israélien Haaretz l’a située dans le contexte des « efforts de Netanyahu pour ébranler le consensus de l’UE sur les questions relatives aux Palestiniens et à l’Iran ».

(AFP)

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/