Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid
15 Nov 2019

Le cri d’alarme de l’hôpital public

Les personnels des hôpitaux ont manifesté hier par milliers un peu partout en France pour réclamer davantage de moyens et d’effectifs, une « alarme » à laquelle Emmanuel Macron a promis de répondre par des « décisions fortes » la semaine prochaine.

« Nous devons (…) assumer d’investir plus fortement que nous avions envisagé de le faire », a affirmé le chef de l’État, assurant avoir « entendu la colère et l’indignation » du personnel soignant, lors d’un déplacement à Epernay (Marne).

Un plan « conséquent » et des « décisions fortes » seront annoncés mercredi par le Premier ministre Édouard Philippe, qui en détaillera « le montant, l’ampleur, les modalités techniques et le calendrier », a précisé le président de la République au moment où des milliers de médecins, aides-soignants, infirmiers, doyens et étudiants défilaient en France.

Cet appel à une « grande manifestation », lancé par le nouveau collectif Inter-Hôpitaux, avait fait le plein de soutiens. A commencer par le collectif Inter-Urgences, à l’origine d’un mouvement social inédit, débuté en mars à Paris et qui s’est étendu à tout le pays, avec encore 268 établissements touchés en début de semaine.

Augmentation des salaires, hausse des effectifs, réouverture des lits supprimés… Les revendications n’ont pas changé, visibles jeudi sur des pancartes comme « Sauvons notre hôpital, donnez-nous les moyens », « Soignant épuisé, patient en danger », « Je fais pas d’argent je soigne les gens »…

Ils étaient 10.000 à Paris selon les organisateurs (7.500 selon la police), qui ont aussi compté 3.000 personnes à Toulouse (700 selon la préfecture), 400 à Brest comme à Quimper et plusieurs centaines à Nantes.

Des journalistes de l’AFP ont par ailleurs dénombré quelques centaines de manifestants à Lyon, 300 à Bordeaux, 220 à Lille, une centaine à Marseille et 150 à Besançon.

Une mobilisation inédite prolongée dans la soirée par une assemblée générale à l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière, pour « décider de la suite du mouvement ».

(AFP)

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/