Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid

Accueil/ INVITES

Mathilda May

mathilda may Fluette et gracieuse, Mathilda May, avant de devenir actrice, prend des cours de danse au conservatoire. Elle s'y consacre de façon semi-professionnelle et obtient le prestigieux Premier Prix de conservatoire de danse, à 18 ans. Claude Sélignac, réalisateur français à la notoriété très discrète, entreprend 'Namo', l'adaptation cinématographique d'une bande dessinée et pour cela engage la demoiselle gracile au physique si particulier pour jouer le rôle de la princesse de l'espace. Le film, même s'il ne fait pas grand bruit, lance la carrière de la jeune Mathilda May. Se succéderont plusieurs films français comme 'Là-bas, mon pays' de Alexandre Arcady qui la fera d'ailleurs rejouer dans 'Tu peux garder un secret ?' en 2007 et 'Entrevue' de Marie-Pierre Huster en 1999, films dans lesquels elle est la vedette des premier et deuxième plans. Populaire et talentueuse, elle reçoit en 1988 le César du meilleur espoir féminin. Après une ellipse de quelques années, elle revient sur les écrans dans 'Love Express' de Helena Azanov. En 2007, elle est à l'affiche de plusieurs films, signe de la dynamique dans laquelle elle s'inscrit à nouveau. Dans 'New Delire, les Aventures d'un Indien dans le show-biz' elle joue aux côtés de Pascal Légitimus. 'Le Bal des actrices' de Maïwenn met en perspective sa vie d'actrice à l'instar de celle de Jeanne Balibar, Monica Bellucci ou Isabelle Adjani. Autant dire qu'elle incarne féminité, audace et professionnalisme. Claude Chabrol l'invite également sur le plateau de 'La Fille coupée en deux'.

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/