Didier Ben Loulou

didier-benloulouDidier Ben Loulou est photographe et vit à Jérusalem,il répondra aux questions de Paule-Henriette lévy, sur son livre « Israel Eighties » paru aux éditions la table ronde.

Interview 14/11/2016


À propos du livre

Israel Eighties

ben-loulou-israel-eighties-couv«Parfois on fait des choses sans comprendre ce qui nous pousse à les
faire. Enfance de l’art… On avance, on cherche, on se perd. J’avais
laissé derrière moi mes études et Paris. Je ne connaissais rien à rien,
ni l’hébreu ni ce pays. Je n’étais qu’un petit jeune, un citadin, qui aimait
les livres, l’art et qui s’est retrouvé à cueillir des oranges et à bosser dans
des hôtels pour survivre. J’avais 21 ans. Il y eut des rencontres, la lumière.
À chaque occasion, au kibboutz où j’ai vécu puis à Tel-Aviv, je faisais des
images. Partout où je traînais, je photographiais, dans les bus, les gares
routières, les villes, sur les routes : des visages, la campagne, les plages, des
filles. Je marchais dans la poussière de l’été, j’apprenais que la terre pouvait
tourner autrement. Je me souviens de la rue Ruppin à Tel-Aviv. Je m’en
souviens grâce aux images. Elles ont dormi plus de trente ans dans l’appartement
parisien de mes parents. Elles attendaient que je les retrouve. Les
planches contacts sont comme ces petits morceaux de papier japonais dans
la tasse de Proust. Elles ne demandent qu’à éclore. Réminiscences, souvenirs
mais documents avant tout. Nous sommes entre 1981 et 1985. Après,
il n’y aura plus que la couleur pour moi. De Jaffa à Jérusalem, d’Athènes
à Marseille, de Palerme à Salonique, autres longues errances… Le noir et
blanc d’alors ressemblait trop selon moi à ce qu’il fallait oublier, la nostalgie
pseudo-humaniste des années 1950-60, la suprématie d’une certaine vision
photographique. Ces images réalisées bras tendu – je ne regardais pas toujours
dans le viseur – sont ma conquête personnelle d’une géographie, d’un
peuple composite, de tout ce qu’il m’a fallu découvrir. Photographier pour
croire au concret, au réel, à l’ici et au maintenant. Ces images racontent un
moment de ma vie, rien d’autre. »
Didier Ben Loulou