Renée Elkaïm-Bollinger.

elkaim-bollingerJonathan Siksou reçoit Renée Elkaïm-Bollinger Journaliste et écrivain, elle publie « Un zouave sur le front, 1915-1918, des Dardanelles à la Lorraine », aux Editions de Paris

Interview 11/05/2015

À propos du livre

CaptureC’est un livre à plusieurs voix. D’abord, celle de Jules Elkaïm, français juif oranais, né en 1895, appelé sous les drapeaux en 1915 et versé dans le corps des zouaves qui, comme fantassins, serviront sur tous les champs de bataille. Envoyé sur le front des Dardanelles, puis en 1916 dans la Somme, Jules participera à l’offensive du Chemin des Dames en 1917 où son unité est décimée. Blessé, les pieds gelés, malade, il échappe à l’hécatombe, mais se voit affecté en 1918 en Lorraine jusqu’en 1921.
Soit 62 mois d’armée qu’il racontera dans un manuscrit : Episodes vécus des Dardanelles à la Lorraine. L’autre voix est celle de sa fille qui, par-delà le temps, dialogue avec son père pour forcer les silences, tous les non-dits de la guerre, et qui rappelle aussi la vie des Juifs dans l’Algérie du début du xxe siècle, comme celles des années qui suivront la Grande Guerre jusqu’à la mort du père en 1982.
Ainsi lui tend-elle un miroir filial où ses souvenirs propres se mêlent à une vie à la fois simple et tumultueuse, où son propre imaginaire et sa sensibilité prolongent la narration. Enfin, en écho au jeune juif oranais envoyé au casse-pipe, Renée Elkaïm-Bollinger fait entendre la voix des poètes et des écrivains qui vécurent la guerre : Apollinaire, Giono, Cendrars, Céline, Jünger… Ici la poésie auréole le récit du quotidien, où l’émotion et l’amour rendent palpable chaque instant de vie.