MARC DACHY

mdPaule-Henriette Lévy reçoit Marc Dachy, historien de l’art, auteur du livre « La cathédrale de la misère érotique »

Interview 25/03/2015



 

À propos du livre

md

Kurt Schwitters, oscillant entre constructivisme et dada, est le grand artiste de l’avant-garde allemande sinon mondiale. La construction progressive de 1922-1923 à 1937, à Hanovre, dans son immeuble, d’une « colonne » appelée « cathédrale de la misère érotique » ou « Merzbau » (construction merz) débouche sur une architecture stupéfiante, une œuvre phare, exceptionnelle, mythique, unique dans l’histoire de l’art, qui invite à entrer dans l’intelligence des conceptions singulières du génie enjoué de Schwitters (collages, peintures, assemblages, poèmes, typographies). Son destin fut brisé par l’exil quand il dut fuir le nazisme. Il mourut en Angleterre en 1948, non sans avoir recommencé deux fois sa colonne.

L’auteur de l’ouvrage, Marc Dachy, se consacre aux avant-gardes. Il a traduit John Cage, Gertrude Stein, La Monte Young et Kurt Schwitters. Il a dirigé la biennale d’art contemporain « Et tous ils changent le monde » (Lyon, 1993) et prépare une importante exposition Tristan Tzara pour le musée national Reina Sofia de Madrid. Il est l’auteur de : « Journal du mouvement Dada (Skira, 1989), auquel fut décerné le Grand Prix du Livre d’Art, « Dada au Japon » (PUF, 2002), les « Archives Dada/Chronique » (Hazan, 2005), « Dada la révolte de l’art » (Gallimard Découvertes, 2005, n°476), ainsi que d’une version augmentée de « Dada & les dadaïsmes » (Folio Essais, n°540) parue en 2011. Il dirige aussi la revue « Luna-Park ».

Cet essai sur les constructions merz (Merzbau) lui est venu naturellement sous la plume, compte tenu de sa connaissance de la biographie et de l’œuvre plastique et littéraire de Kurt Schwitters dont il a traduit avec Corinne Graber, trois volumes aux éditions Champ Libre/Lebovici/Ivrea : « Merz » en 1990 et « Anna Blume, i manifestes théoriques et poétiques » en 1994.