Vassilis Alexakis
Écrivain

Caroline Gutmann reçoit Vassilis Alexakis, auteur du livre « L’enfant grec », paru aux Éditions Stock (août 2012).

Postface 4/12/2012

 

À propos du livre

L’enfant grec

Le sujet de ce roman est le roman lui-même. Il se déroule en majeure partie dans le jardin du Luxembourg à Paris, lieu éminemment romanesque qui se souvient des trois mousquetaires et du cardinal de Richelieu, de Lucien de Rubempré récitant ses poésies entre deux tilleuls, de Jean Valjean et de Cosette. Il se souvient en fait de tous les héros de la littérature, de Don Quichotte à Tarzan, puisqu’ils habitent tous, sous forme de poupées, le théâtre de marionnettes qu’il abrite. C’est dire que le narrateur, un homme provisoirement handicapé, obligé de marcher avec des béquilles et dont l’existence se limite à de petites promenades, n’a pas le temps de s’ennuyer : en dehors des héros de son enfance qu’il retrouve dans le jardin, il fait la connaissance de personnages qui, eux, ont l’air bien réels, comme Marie-Paule qui garde les toilettes, les deux soeurs qui dirigent le théâtre de marionnettes, Ricardo, un SDF d’origine italienne, M. Jean, un ancien bibliothécaire du Sénat, Charles, un critique littéraire à la retraite, Constantin, un jeune poète grec. Mais la frontière entre la réalité et la fiction s’estompe peu à peu, au point que l’auteur en vient à s’interroger sur sa propre identité : a-t-il vraiment besoin de ses béquilles ? Les cris de protestation des jeunes Athéniens réunis place de la Constitution contre les mesures d’austérité imposées à leur pays lui rappellent néanmoins que son histoire, vraie ou fausse, a commencé en Grèce.