Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid
19 Sep 2017

Mystère toujours autour de la mort de Raoul Wallenberg…

Le mystère Raoul Wallenberg reste entier : la justice russe a rejeté lundi la plainte des descendants du diplomate suédois, sauveur de milliers de juifs hongrois, qui voulaient forcer les services secrets russes à révéler les circonstances de sa mort dans une prison du KGB. Comment Raoul Wallenberg est-il mort à Moscou dans une cellule de la Loubianka, le siège des services secrets soviétiques, en juillet 1947, deux ans après avoir été convoqué au siège de l'Armée rouge à Budapest ? Pour répondre à cette question, Marie Dupuy, la nièce de Raoul Wallenberg, se bat depuis des années pour obtenir l'accès à l'intégralité des archives du FSB, successeur russe du KGB, le concernant et avait saisi la justice russe pour obtenir gain de cause. Mais le tribunal Mechtchanski de Moscou lui a opposé une fin de non-recevoir à l'issue d'une après-midi d'audience. Né en 1912, Raoul Wallenberg avait rejoint Budapest, alors occupée par l'Allemagne nazie, en juillet 1944. Il y avait sauvé des milliers de juifs de la mort en leur délivrant des papiers suédois pendant les derniers mois de la Shoah. Le 17 janvier 1945, il est convoqué au quartier général de l'Armée rouge puis disparaît dans des conditions obscures. En 1957, l'Union soviétique avait rendu public un document selon lequel il avait été détenu à la Loubianka et il était mort d'une crise cardiaque le 17 juillet 1947. Cette version a toujours inspiré des doutes, notamment chez des historiens qui estiment qu'il a pu être exécuté. Le FSB a toujours refusé d'accorder à la famille Wallenberg l'accès complet à ses archives. Celle-ci réclame notamment de pouvoir consulter les listes des prisonniers de la Loubianka, les procès-verbaux des interrogatoires et les données sur les déplacements des prisonniers de la Loubianka vers la prison de moscovite de Lefortovo. L'avocat du FSB affirme qu'il est illégal de fournir des informations sur la "vie personnelle" de prisonniers pendant 75 ans, soit jusqu'à 2020 ou 2022 en ce qui concerne Raoul Wallenberg. Il a aussi rejeté, les qualifiant d'"hypothèse", les affirmations de la famille Wallenberg qui maintient que le diplomate était le fameux prisonnier n°7 ayant subi un interrogatoire, selon des archives du KGB dévoilées en 2009, en même temps que le chauffeur de Raoul Wallenberg le 23 juillet 1947, soit six jours après la date officielle de son décès. Le FSB a toujours refusé de donner le nom de ce prisonnier n°7 considéré par beaucoup de chercheurs comme étant Raoul Wallenberg (avec AFP)    

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/