Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid
01 Juil 2018

Le Panthéon ouvre ses portes à Simone Veil

La France rend dimanche un ultime hommage à Simone Veil au Panthéon, où cette figure populaire du XXe siècle reposera désormais, avec son mari, au milieu des héros de l’Histoire de France. C’est à la mi-journée que les cercueils des époux Veil entreront dans l’imposant édifice néo-classique qui trône en plein Quartier latin à Paris. Ils seront accompagnés par la famille et par le président Emmanuel Macron, qui aura présidé sur le parvis la cérémonie à laquelle sont attendus un millier d’invités, dont les anciens présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande. Les anonymes devraient être nombreux aussi à accompagner les cercueils qui, recouverts du drapeau tricolore, quitteront à 10H30 le Mémorial de la Shoah, où les Français leur ont rendu hommage vendredi et samedi.

Simone Veil entre au Panthéon un an après son décès, le 30 juin 2017 à l’âge de 89 ans, un délai extrêmement court par rapport aux 76 « grands hommes » qui l’ont précédée dans la nécropole laïque.

« L’une des raisons de cette panthéonisation rapide est que Simone Veil est une figure transgénérationnelle dont les combats ont fabriqué l’époque », explique l’Elysée, qui supervise la cérémonie. De fait, la décision prise par le chef de l’Etat a été saluée quasi unanimement, les Français considérant Simone Veil comme « une figure de la République » qui transcende le clivage gauche-droite, selon la présidence. «Il y a un certain paradoxe, sinon une ironie, à accueillir (au Panthéon) une grande combattante de l’Europe à un moment où ce qu’elle a contribué à construire vacille sous nos yeux », notamment avec le Brexit et les tensions entre pays sur l’accueil des migrants, souligne l’Elysée.

La cérémonie accordera aussi une grande place au souvenir des drames vécus pendant la Seconde Guerre mondiale par cette rescapée de la Shoah, qui a perdu ses parents et son frère en déportation. La minute de silence suivant le discours présidentiel sera « habitée par le bruit du silence du camp » de concentration de Birkenau-Auschwitz, un fond sonore enregistré par le réalisateur David Teboul sur les lieux il y a quelques jours. Pour l’Elysée, la cérémonie est l’occasion de cultiver la mémoire de la déportation qui, plus de 70 ans après, risque de se dissoudre avec la disparition des derniers survivants de la guerre.

Simone Veil n’est que la cinquième femme à être inhumée au Panthéon. En 1992, il n’y en avait aucune, ce qui avait provoqué son dépit. « Qu’il n’y ait aucune femme au Panthéon, c’est nier ce que dans le passé les femmes ont apporté à la patrie. Mais c’est aussi presque nier ce que les femmes apportent aujourd’hui et ce que l’on peut espérer qu’elles apporteront dans l’avenir », avait-elle déclaré à la télévision.

« Merci Simone ». Depuis la mort de Simone Veil, un collectif de street artistes lui rend hommage en collant sur les murs de Paris des affiches à son effigie pour faire vivre « ses combats », dans la rue et sur les réseaux sociaux (avec AFP)

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/