Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid
03 Mai 2018

Israël, les Occidentaux et l’ONU accusent Abbas de propos antisémites

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas s’est attiré un rare consensus de condamnations de la part des Israéliens, des Américains, des Européens et de l’ONU pour des propos largement considérés comme antisémites, alors qu’il paraît déjà isolé. Abbas déjà accusé d’antisémitisme par Israël dans le passé, a suggéré lundi soir que la Shoah et les massacres perpétrés contre les juifs d’Europe au cours de l’Histoire étaient moins dus à l’antisémitisme qu’à leur rôle dans la société, notamment dans le secteur bancaire.

« Apparemment, un négationniste reste un négationniste », a tweeté le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Pour l’ambassadeur américain en Israël, David Friedman, Mahmoud Abbas est « tombé plus bas que jamais ». Le président palestinien répète « certaines des insultes antisémites les plus méprisantes », a dit l’envoyé spécial de l’ONU pour le Moyen-Orient Nickolay Mladenov. Les propos incriminés ont été prononcés devant le parlement de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), en présence des journalistes, à Ramallah et en Cisjordanie. « Du XIe siècle jusqu’à l’Holocauste qui s’est produit en Allemagne, les juifs vivant en Europe de l’ouest et de l’est ont été la cible de massacres tous les 10 ou 15 ans. Mais pourquoi est-ce arrivé ? Ils (les juifs) disent : +parce que nous sommes juifs+ », a dit M. Abbas. Et Mahmoud Abbas de citer « trois livres » écrits par des juifs comme « preuves » selon lui du fait que « l’hostilité contre les juifs n’est pas due à leur religion, mais plutôt à leur fonction sociale », en précisant qu’il voulait dire par là « leurs fonctions sociales liées aux banques et (prêts avec) intérêts ».  Par ailleurs, Mahmoud Abbas a contesté à nouveau le lien millénaire revendiqué par les Juifs avec « la terre d’Israël », et a présenté la création d’Israël, il y a 70 ans, comme un projet « colonial » encouragé par les Européens pour faire partir les juifs.

Ce n’est pas la première fois que le président palestinien est soupçonné ou accusé d’antisémitisme. En juin 2016, Mahmoud Abbas s’était défendu de tout antisémitisme après avoir déclaré devant le Parlement européen que des rabbins avait demandé au gouvernement israélien « d’empoisonner l’eau pour tuer les Palestiniens ». Il avait ensuite reconnu avoir repris à tort des informations rapportées par les médias. « La Palestine est le berceau des trois religions monothéistes et nous rejetons les attaques contre toutes les religions », avait-il dit. Benjamin Netanyahu déclare régulièrement que l’absence de règlement du vieux conflit israélo-palestinien provient du refus de tout Etat juif dans quelque frontière que ce soit. L’Union européenne et l’envoyé de l’ONU qui ont fustigé des propos « inacceptables » sur les origines de l’Holocauste, la légitimité d’Israël et le lien historique et religieux entre les juifs et la Terre sainte ont souligné combien ces propos desservaient la cause d’un Etat indépendant auquel aspirent les Palestiniens (avec AFP)

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/