Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid
30 Mai 2018

Israël/Gaza : confrontation la plus sévère depuis 2014

En représailles à un feu nourri de roquettes et d’obus tirés depuis la Bande de Gaza sur le territoire israélien, l’armée israélienne a frappé mardi des dizaines de cibles de l’enclave palestinienne. Il s’agit selon les analystes de la confrontation la plus sévère entre Israël et les groupes terroristes armés palestiniens depuis la guerre de 2014. L’un de ces groupes terroristes, le Jihad islamique, a annoncé dans la soirée qu’un accord de cessez-le-feu avait été conclu entre les organisations islamistes palestiniennes et Israël sous les auspices de l’Egypte, autre voisin de la bande de Gaza et intermédiaire historique entre les deux camps.

« Pas de commentaire », a répondu l’armée israélienne. Peu de temps auparavant, l’armée disait poursuivre ses opérations dans la bande de Gaza. Des explosions se faisaient encore entendre, hier, autour de minuit.

Ce nouvel accès de tensions après des semaines de violences le long de la frontière entre Israël et Gaza fait resurgir le spectre d’un nouveau conflit, dont personne ne veut : ni les Palestiniens du Hamas, ni les Israéliens.

Les Etats-Unis ont dénoncé les tirs palestiniens « contre des installations civiles » et demandé une réunion d’urgence du Conseil de sécurité, qui se tiendra mercredi à 15H00. Des roquettes palestiniennes sont, en effet, tombées hier, notamment, dans un jardin d’enfant, situé à la frontière avec Gaza. « A une demi-heure près, il aurait pu y avoir des dizaines de morts » a rapporté un témoin sur place, avant d’ajouter :  » heureusement, les enfants ont eu du retard et n’étaient pas encore dans la cour…. » »Les dirigeants palestiniens doivent rendre des comptes pour ce qu’ils laissent faire à Gaza », a dénoncé l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley dans un communiqué. Pour sa part, le Koweït, membre non permanent du Conseil de sécurité, a fait circuler un projet de résolution qui « appelle à envisager des mesures pour garantir la sécurité et la protection de la population civile palestinienne ». Détail notable, ce texte modifié abandonne la demande d’envoi dans la bande de Gaza d’une « mission de protection internationale », faite initialement le 18 mai.

Le territoire israélien a essuyé pendant la journée son « plus important barrage de tirs d’obus de mortier et de roquettes » depuis 2014, a indiqué un porte-parole de l’armée, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus. Environ 70 roquettes et obus de mortier ont été tirés de la bande de Gaza vers Israël, a dit l’armée. Nombre de projectiles ont été interceptés par le système de défense anti-aérienne « Dôme de fer ». Certains étaient de fabrication iranienne », a dit l’armée. En représailles, l’aviation israélienne et son artillerie ont frappé près de 5 positions terroristes. L’armée a par ailleurs détruit un tunnel, le 10e depuis octobre 2017 qui s’enfonçait à partir du sud de l’enclave en Egypte et, de là, revenait 900 mètres en territoire israélien. La marine israélienne a en outre arraisonné au large de Gaza un bateau transportant une vingtaine de Palestiniens qui avaient pris la mer pour protester contre « le blocus ». Trois soldats israéliens ont été légèrement blessés par les tirs palestiniens et ont été évacués, a dit l’armée. Aucune victime n’a été rapportée côté palestinien.

Fait rare indicatif du sérieux de la situation, les bras armés du Hamas et du Jihad islamique ont publié un communiqué commun pour revendiquer la responsabilité des tirs contre Israël (avec AFP)

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/