Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid
09 Mai 2018

Israël en état d’alerte

L’armée israélienne a indiqué mardi avoir demandé aux autorités locales du plateau du Golan occupé d’ouvrir et de préparer les abris antimissiles en raison « d’activités inhabituelles des forces iraniennes en Syrie », de l’autre côté de la ligne de démarcation.

Cette annonce est intervenue peu de temps avant l’annonce attendue de la part du président américain Donald Trump de sa décision sur l’accord nucléaire iranien.

« Par ailleurs, des systèmes de défense ont été déployés et les forces israéliennes sont en état d’alerte élevé face au risque d’une attaque », a dit l’armée israélienne dans un communiqué.

« L’armée israélienne est prête à faire face à différents scénarios et prévient que toute agression contre Israël appellera une riposte vigoureuse », a-t-elle dit.

 

Par ailleurs, au moins neuf combattants pro-régime ont été tués hier soir dans le tir de missiles israéliens visant un secteur proche de Damas, a indiqué une ONG, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

 

Les missiles auraient visé un « dépôt d’armes appartenant aux Gardiens de la révolution iraniens », qui combattent aux côtés des forces gouvernementales dans la guerre qui ravage la Syrie depuis 2011.

Israël n’a pas fait de commentaires.

L’agence officielle syrienne Sana a indiqué que l’armée syrienne avait intercepté hier soir deux missiles israéliens visant un secteur proche de la capitale Damas.

« La défense anti-aérienne a intercepté deux missiles israéliens lancés contre (le secteur de) Kiswé et les a détruits », selon l’agence Sana.

L’agence a fait état d' »explosions » dans ce secteur, tandis que la télévision syrienne a retransmis des images de flammes qui selon elle se dégageaient d’un incendie provoqué par la destruction des deux missiles.

Ce n’est pas la première fois que ce secteur au sud-ouest de Damas est visé. Israël y avait déjà bombardé des positions militaires, notamment un dépôt d’armes en décembre.

Israël a effectué ces dernières années, et particulièrement depuis 2017, de nombreuses frappes en Syrie contre des positions du régime du président Bachar al-Assad ou de son allié, le Hezbollah libanais.

Le 9 avril, des missiles ont été tirés contre la base militaire T-4, dans la province centrale de Homs, tuant jusqu’à 14 combattants, dont sept Iraniens, au surlendemain d’une attaque chimique présumée imputée au régime syrien. Cette base avait déjà été visée par l’armée israélienne en février.

Le 26 avril, le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman a affirmé que son pays s’en prendrait à toute tentative d' »implantation militaire » iranienne en Syrie, notamment dans la région du Golan limitrophe d’Israël.

Trois jours plus tard, au moins 26 combattants en « majorité » iraniens ont été tués dans des tirs de missiles contre des positions militaires du régime, selon l’OSDH.

Un aéroport militaire d’Alep (nord) et la Brigade 47 à Hama (centre), où sont stationnées des forces iraniennes, ont été visés par ces bombardements « probablement israéliens », selon l’ONG.

(AFP)

 

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/