Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid
04 Mai 2017

7 juin 1967, dans l’objectif du Leïca de Jacques Héripret / Exposition du 6 au 30 juin 2017

guerre six jours

Exposition du 6 au 30 juin 2017

C’est par une exposition de photographies exceptionnelles que s’ouvre le 13e festival des Cultures juives. Vingt photos inédites, jamais montrées au public, du grand reporter de guerre français, Jacques Heripret. Photos en noir et blanc. Justes. Belles. Emouvantes. Celui qui photographia les plus célèbres de ses contemporains : Kennedy, de Gaulle, Picasso, Combas, Novak, Fonda, Bardot, Brel fut sur tous les terrains de guerre : Vietnam, Rwanda…En 1967, armé de son Leïca, il part en Israël sentant bien que « quelque chose risque de se passer.» Le 7 juin 1967, il décide de suivre les soldats juifs qui avancent vers Jérusalem. Il confie au micro de RCJ : « ces soldats étaient magnifiques. C’était des jeunes plein de fougue, de force, d’énergie. J’ai été soldat. J’ai fait l’Algérie. Je peux vous dire que ça n’avait rien à voir. On avait la peur au ventre, tout le temps. On se demandait à chaque instant ce qu’on foutait là. Eux savaient ce qu’ils faisaient. C’est pour cela qu’ils étaient heureux ». 7 juin à l’aube, la 55ème Brigade achève la conquête de la Colline des Munitions, après un combat acharné et prend le contrôle de Jérusalem-Est jusqu’aux murs de la Vieille Ville. « Un mur, en principe c’est ce qui sépare les hommes…mais ce Mur, là, c’était tout le contraire. Je savais, que Jérusalem libéré, tout le monde se retrouverait là. Je ne me suis pas trompé. Au début l’esplanade était entièrement vide. Un vieux religieux s’est approché, suivi par des soldats, puis des femmes, puis des hommes. C’était impressionnant. Les habitants venaient de toute part, comme aimanté par ce Mur. Il y avait une émotion et une ferveur indescriptible ».

Jacques Héripret est né en 1937. Il devient à 22 ans l’assistant de Luc Fournol, le photographe des stars. Quatre ans plus tard, le jeune homme, réalise son premier scoop. Déjouant la surveillance policière, il shoote le plafond de l’Opéra de Paris fraichement peint par Marc Chagall ; Opéra que devaient inaugurer en grandes pompes, Charles de Gaulle et, son ministre de la Culture, André Malraux. Cet « exploit » lui donne ses premières lettres de noblesse. Successivement freelance puis reporter à Paris Presse l’Intransigeant, bourlingueur, touche à tout, curieux professionnel, les photos de Jacques Héripret ont fait le tour du monde. En 1967, c’est un de ses clichés de la Guerre des Six jours qui sera en « front page » du célébrissime, Life Magazine. A l’occasion du 50 eme anniversaire de cette bataille héroïque, il décide de rendre public des clichés inédits. Jacques Héripret a offert trois photos numérotées-signées au comité féminin de collecte de l’AUJF.

7 juin 1967, dans l’objectif du Leica de Jacques Héripret Vernissage Mardi 6 juin 2017, 18h30 Espace Rachi-Guy de Rothschild, 39 rue Broca, Paris 5e Entrée libre sur inscription : actionculturelle @fsju.org

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/