Application pour Tablette et Mobile Bien plus qu'une radio
Téléchargez notre application
disponible pour iOSAndroid
03 Juin 2018

Benjamin Netanyahu en Europe

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se rend lundi en Europe pour délivrer un message d’intransigeance maximale à l’encontre de l’Iran, devant des dirigeants soucieux au contraire de sauver l’accord nucléaire et le dialogue avec Téhéran. Benjamin Netanyahu, adversaire ardent de l’accord nucléaire et du régime iranien, rencontrera successivement cette semaine la chancelière allemande Angela Merkel, le président français Emmanuel Macron et la Première ministre britannique Theresa May, sur fond de tensions régionales avivées.

Allemagne, France et Royaume-Uni sont trois des signataires de l’accord nucléaire conclu en 2015 entre les grandes puissances et Téhéran pour tenir la République islamique éloignée de l’arme nucléaire. Leurs leaders défendent résolument l’accord, malgré le retrait américain annoncé le 8 mai avec fracas.

Les suites de ce désengagement devraient reléguer au second plan tout autre sujet cette semaine. «Je discuterai avec eux des moyens de bloquer les aspirations nucléaires et l’expansion iranienne au Moyen-Orient. J’exposerai nos positions », a dit Benjamin Netanyahu. Ces questions sont « vitales pour la sécurité d’Israël », a-t-il ajouté. En effet, Israël s’inquiète que l’Iran ne se dote de la bombe atomique dont il se voit comme la cible désignée, a fortiori si la République islamique poursuit ses activités balistiques. Il s’alarme des agissements, déstabilisateurs selon lui, de l’Iran dans la région (Irak, Liban, Yémen) et refuse que son expansion lui permette d’établir une tête de pont en Syrie voisine. « Que l’Iran parte du sud de la Syrie ne suffit pas », dit Benjamin Netanyahu en invoquant le fait qu’Israël resterait exposé aux missiles à longue portée que l’Iran chercherait à implanter en Syrie, « l’Iran doit donc quitter la Syrie pour de bon ». Les Européens reconnaissent ces préoccupations. L’Elysée parle de « diagnostic partagé » sur la présence militaire de l’Iran ou de groupes pro-iraniens en Syrie. En revanche, les Européens veulent chercher un arrangement distinct avec Téhéran sur ces questions tout en maintenant l’accord (avec AFP)

Partagez PARTAGEZ
Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter

Cela peut aussi vous intéresser

Evénements, bons plans, ...
Rejoignez
-nous


RCJ le Club

RCJ Le club propose une fois par mois des événements culturels, avant-première de film, théâtre, concerts privés, voyages. Rejoignez-nous, vous allez adorer.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Facebook RCJ Twitter RCJ

/