Feu vert pour la légitime défense

En pleine controverse sur les violences policières, les députés ont donné leur ultime feu vert au projet de loi de sécurité publique qui assouplit notamment les règles de légitime défense pour les policiers, comme c’est déjà le cas pour les gendarmes. Le texte dresse la liste de cinq situations où les forces de l’ordre, ainsi que les douaniers et les militaires de l’opération Sentinelle, pourront désormais utiliser leurs armes : face à la menace de personnes armées ; lorsqu’ils ne peuvent défendre autrement le terrain qu’ils occupent ; lorsqu’une personne cherche à échapper à leur garde et qu’ils ne peuvent l’arrêter autrement si elle représente une menace ; lorsqu’ils ne peuvent arrêter autrement un véhicule présentant une menace ; et enfin dans le but d’interrompre un périple meurtrier.