L’Iran teste de nouveaux missiles, Washington menace

L’Iran a mené ce week-end des exercices militaires incluant des missiles, au risque d’envenimer davantage ses relations exécrables avec les Etats-Unis, l’ennemi historique qui multiplie actes et déclarations hostiles contre Téhéran depuis l’investiture du président Donald Trump. La nouvelle administration américaine est revenue à la charge samedi, le secrétaire d’Etat à la Défense James Mattis affirmant que l’Iran était « le plus grand Etat soutenant le terrorisme au monde« . Les exercices militaires ont lieu dans la région de Semnan (nord-est), au lendemain de nouvelles sanctions américaines imposées à l’Iran en réponse à un tir de missile balistique le 29 janvier qui a provoqué la colère des Etats-Unis. Selon les Gardiens de la révolution, l’armée d’élite iranienne, l’objectif des manœuvres est de montrer « la totale préparation à confronter les menaces » et « les sanctions humiliantes » contre l’Iran. La liste des missiles utilisés pendant l’exercice publiée par Sepahnews, montre qu’il s’agit d’engins de très courte portée (75 kilomètres). L’Iran affirme disposer de différents types de missiles, y compris de longue portée (2.000 km) capables d’atteindre Israël, ennemi juré de l’Iran qui ne reconnaît pas son existence ( avec AFP)